Mon correcteur de mots

L’orthographe française est souvent un vrai casse-tête. Jalonnée de règles et d’exceptions, il est souvent difficile de se repérer et de mémoriser . Je tente donc la création d’un outil : mon correcteur de mots. Il a pour intention :

– de permettre à chacun de se construire une technique efficace pour la mémorisation des règles et des exceptions.

– de remettre du sens dans l’orthographe. Pourquoi celui-ci est – il nécessaire ?

– de remettre du sens dans l’unité mot .

Si vous souhaitez suivre ce projet de longue haleine, je vous invite à consulter souvent cet article. Dans un premier temps, je vais tenter de détailler le projet par de petites vidéos. N’hésitez pas, je suis preneuse de toutes vos remarques. Les idées sont là mais j’ai encore beaucoup à apprendre sur la technique informatique (réalisation d’un site).

 A très bientôt…  

Patricia

Retrouvez une présentation générale de l’outil.

Comment utiliser la mémoire visuelle, auditive et kinesthésique pour retenir des mots qui présentent des irrégularités.

Pour compléter cette vidéo, je vous renvoie aussi à cet article :

Mal scinder les mots,
Mal orthographier,
peut avoir des conséquences risibles ou « plus graves » sur nos écrits.

Vous appréciez mon travail, faîtes un tour ici :

Adsense

Quelques règles d’orthographe

Quelques règles d’orthographe

Vous appréciez mon travail, faîtes un tour ici :

Adsense

Utiliser la mémoire visuelle, auditive, kinesthésique

Utiliser la mémoire visuelle, auditive, kinesthésique

 

L’utilisation de mémoires multiples

permet de limiter :

 

Les inversions de lettres

 

Quelques histoires brodées au fil des années…pour éviter ou corriger les inversions de lettres :

io ou oi  (mot référent étoile avec geste et dessin de Patati et Patata)  ?

Pour regarder les étoiles, autrement dit si on veut écrire le son  / oi / on ne peut pas l’écrire i – o car on ne peut pas montrer l’étoile avant de l’avoir vu. Il faut donc d’abord prendre le télescope  o  et après montrer  i 

ia ou ai  (mot référent laine avec dessin de Patati et Patata)  ?

Pour tricoter, autrement dit si on veut écrire  / è /  de laineon ne peut pas écrire i – a car on ne peut pas attaquer sans avoir la laine. Il faut donc d’abord prendre la pelote a et après l’aiguille i. 

 

Les confusions visuelles de lettres

 

Quelques histoires brodées au fil des années…pour éviter ou corriger les confusions de lettres :

ou ou on   (mot référent loup – trou / pontavec gestes et dessins de Patati et Patata)  :

Le loup passe sur le pont.

Le loup tombe dans le trou.

b ou d  (mot référent bébé/bidondos/derrière) avec dessin de Patati et Patata)  ?

Si on considère que le sens de la marche est le même que le sens de l’écriture :

b porte un bébé dans son ventre

d porte un sac à dos.

 

 

Les  confusions auditives

 

Quelques histoires brodées au fil des années…pour éviter ou corriger les confusions de sons :

Il peut être très intéressant de travailler avec des albums de PEF tels que le prince de Motordu. Il est en effet possible de s’amuser avec les sons et de découvrir les quiproquos que cela peut engendrer. 

Lève le toit / le doigt.

Je veux des choux / sous.

Prends le fer / le verre

 

L’utilisation de mémoires multiples

permet de fixer certaines règles d’orthographe :

s ou ss  ?
  c ou ç ?
gguge ?

L’utilisation de mémoires multiples

 une aide pour mémoriser l’orthographe d’un mot

 1 – Quelques constats

 

On donne encore trop souvent des listes de mots que l’élève va tenter d’apprendre sans pour autant  comprendre :

  • leur sens
  • leur formation

Les élèves ayant de bonnes facultés de mémorisation vont sans doute réussir très vite à les mémoriser. Or, les trois quart d’entre eux ne les mémoriseront pas de façon durable : un quart d’entre eux ne parviendra pas à les mémoriser, la moitié environ  les mémorisera uniquement pour l’occasion.  Et environ seulement un quart d’entre eux réussiront à les retenir à long terme. Ces statistiques n’ont rien d’officielles. Je les ai établies approximativement à partir de mes 20 ans d’expérience d’enseignante.

 Pour cette raison, il est, à mon avis, très important d’apprendre à mémoriser  l’orthographe d’un mot dès le plus jeune âge. Et oui, encore une fois, il ne suffit pas de copier un mot pour savoir l’écrire. Par ailleurs, retenir l’orthographe d’un mot est loin d’être inné. Voici donc quelques conseils piochés de mon expérience mais aussi trouvés dans l’excellent travail de certains collègues.

2 – Comment mémoriser l’orthographe lexicale d’un mot ?

 

Il est très important de comprendre comment vos élèves, votre enfant, ou vous-même, apprenez vos mots d’orthographe. Vous serez peut-être surpris car on peut rencontrer tout type de raisonnement : 

  • De l’élève qui mémorise la suite des lettres ( peu efficace à long terme) à l’élève qui se crée son propre mode d’emploi.

Le principal est d’amener les élèves à photographier de manière durable les mots les plus fréquemment rencontrés. Pour cela plusieurs étapes sont nécessaires :

  • la lecture du mot
  • sa compréhension
  • le transfert de son sens : réemployer le mot dans une autre phrase par exemple
  • la prise en compte des réelles difficultés du mot. Attardons-nous un moment sur ce dernier point. Même si le Français reste une langue pleine d’exceptions, il y a quand même un certain nombre de régularités. Alors, quand la régularité est présente, ce serait dommage de ne pas l’utiliser.

Voici quelques sites sur lesquels j’ai pu piocher de nombreux conseils très intéressants :

 http://www.maitresseuh.fr/aider-les-eleves-a-utiliser-leur-memoire-visuelle-pour-l-orthographe-d-a130577054

http://www.ien-taverny.ac-versailles.fr/IMG/pdf/Cahierspeda-474-juin2009.pdf

https://ecolebranchee.com/dossier-orthographe-apprendre-pour-longtemps-en-samusant/

http://www.blogorthophonie.com/chronique-1339

https://lewebpedagogique.com/2014/12/14/horreur-encore-des-listes-de-mots-a-apprendre-changez-vous-la-vie-avec-ces-idees-et-conseils/

 

 

 

Pour mémoriser efficacement l’orthographe d’un mot, il est important de :

  • saisir le sens de l’unité mot : cela évitera les problèmes de coupures de mots ou d’homophonie.

les poux – l’époux

enseignant – en saignant

des mots – des maux

un peu – il peut

  • Par ailleurs, chaque mot fait très souvent partie d’une famille. Il est donc très important de travailler sur les mots de la même famille et leurs régularités orthographiques :

un cousin – une cousine ( Le mot cousine permet de déduire que le / in / de cousin s’écrit i n

temps – tempête – température : tous ces mots étant de la même famille s’écrivent avec le e m ( pour le son [an]

  • Quelques règles de probabilités et de fréquences d’utilisation peuvent aider à limiter les erreurs :

Le son / f / est souvent transcrit f. La graphie p h est peu fréquente.

Voici donc une liste de questions que l’élève doit se poser :

– Quel mot ? Quel sens ?

– Quelles sont les syllabes du mot ? Quels sons pour chaque syllabe ?

– Quelles difficultés ?

Des sons qui peuvent s’écrire de plusieurs manières ?Est-ce que je peux prévoir comment ce mot va s’écrire en le comparant à un mot de la même famille ?..)

Des lettres muettes ? ( Est-ce que je peux prévoir la lettre finale en le comparant à un mot de la même famille ?..)

Des mots construits sur le même modèle : 

maisonnette – goutelette

L’élève doit avoir en tête que :

S’il est impossible de faire des prévisions, il faut écrire le plus simplement possible, tout en respectant les règles qu’il connait ( s ou ss, g ou ge, c ou ç…).

C’est dans ce cadre là que des moyens mnémotchniques vont être très utiles.

 

 

 
Les  procédés mnémotechniques

PS : Certains de ces dessins ne m’appartiennent pas. Vous retrouverez leurs propriétaires dans les liens et les jeux proposés.

 

Voici quelques liens vers des jeux permettant une mémorisation faisant appelle aux différentes mémoires:

Vous appréciez mon travail, faîtes un tour ici :

Adsense

S – Les bonnes lettres pour les bons sons

S – Les bonnes lettres pour les bons sons

 Présentation de 2 méthodes :

 Patati et Patata

Les Alphas

Ma démarche et mes outils

J’affectionne particulièrement ces 2 méthodes pour :

  • leur façon de rendre moins abstraites l’apprentissage de la lecture
  • le procédé mnémotechnique
  • la prise en compte de plusieurs voies de mémorisation

Une petite différence qui fait la différence :

Personnellement , je trouve que Patati et Patata est moins infantilisant que la méthode des Alphas. C’est pourquoi , vu l’âge de mes élèves non lecteurs , je préfère utiliser Patati et Patata. Vu la souplesse de ces méthodes , rien ne m’empêche d’y intégrer d’autres méthodes ( comme les Alphas ) pour certains aspects de l’apprentissage.

Je le répète mais je trouve cela tellement important à une époque où l’on ne prône que des méthodes ou des courants pédagogiques comme les meilleurs. Je reste persuadé que les apprentissages se font différemment chez chacun. Tel apprenant peut être sensible à une méthode alors que tel autre ne réussira pas à entrer dans la méthode. J’irai même plus loin. Cela peut concerner uniquement des points de méthodes. Par conséquent, le rôle de l’enseignant est là. Et c’est ce en quoi il est différent d’un ordinateur ou d’un livre ! Seul ce dernier est le mieux à même de savoir quelles méthodes ou quels outils utiliser ! Seul ce dernier , de par sa connaissance et sa formation , peut varier et adapter les méthodes en fonction des besoin de chacun. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises méthodes , mais tout cela dépend de ce que l’on en fait.

Pour l’apprentissage de la lecture, j’utilise priotairement : la méthode « Patati et Patata »

  • Je trouve  la adaptée à tous quel que soit l’âge. Elle est très structurée mais laisse en même temps une certaine initiative aux enseignants. Les leçons et les exercices sont construits de la même façon de telle sorte que les élèves s’y retrouvent facilement. Cependant, en fonction de l’âge des élèves on peut adapter à son gré le petit texte qui accompagne chaque graphie. Lorsqu’on travaille dans l’enseignement spécialisé, il arrive d’avoir des élèves de 15 ans qui ne savent pas lire. On ne peut leur proposer des supports trop infantilisants. Cette méthode permet de travailler le code et laisse suffisamment de temps pour pouvoir travailler d’autres écrits correspondants à l’âge et aux besoins des élèves.
  • Elle aide énormément les élèves à mémoriser la graphie ou les graphies d’un son.

Mon aide-Mémoire

Renvoi vers des sites très intéressants :

 Site de Patrick Straub , concepteur de la méthode

 La classe de Corinne

Des fiches de lectures dans lesquelles elle mélange la méthode de Patati et Patata et la méthode des alphas

 Iticus

Des fiches et des exercices de lectures 

 Mon cartable

Des fiches et des exercices de lectures

Pour aider à l’apprentissage de la lecture :

 

http://aide-pour-apprendre.fr/project/utiliser-la-memoire-visuelle-et-auditive-une-aide-a-lapprentissage-de-la-lecture-la-production-decrits-et-lorthographe-lexicale/

Un article sur l’intérêt de travailler avec les différentes mémoires pour un apprentissage de la lecture réussie.

 

 

Vous appréciez mon travail, faîtes un tour ici :

Adsense

A -Les marques du genre et du nombre dans le G.N.

A -Les marques du genre et du nombre dans le G.N.

Présentation du projet

le genre des noms et des adjectifs

le genre des noms : des mots qui changent complètement

le pluriel des noms et des adjectifs

 

 

 

 

Vous appréciez mon travail, faîtes un tour ici :

Adsense