S – Les bonnes lettres pour les bons sons

 Présentation de quelques méthodes

Patati et Patata

Les alphas

J’affectionne particulièrement ces 2 méthodes pour :

  • leur façon de rendre moins abstraites l’apprentissage de la lecture
  • le procédé mnémotechnique
  • la prise en compte de plusieurs voies de mémorisation

Une petite différence qui fait la différence :

Personnellement , je trouve que Patati et Patata est moins infantilisant que la méthode des Alphas. C’est pourquoi , vu l’âge de mes élèves non lecteurs , je préfère utiliser Patati et Patata. Vu la souplesse de ces méthodes , rien ne m’empêche d’y intégrer d’autres méthodes ( comme les Alphas ) pour certains aspects de l’apprentissage.

Je le répète mais je trouve cela tellement important à une époque où l’on ne prône que des méthodes ou des courants pédagogiques comme les meilleurs. Je reste persuadé que les apprentissages se font différemment chez chacun. Tel apprenant peut être sensible à une méthode alors que tel autre ne réussira pas à entrer dans la méthode. J’irai même plus loin. Cela peut concerner uniquement des points de méthodes. Par conséquent, le rôle de l’enseignant est là. Et c’est ce en quoi il est différent d’un ordinateur ou d’un livre ! Seul ce dernier est le mieux à même de savoir quelles méthodes ou quels outils utiliser ! Seul ce dernier , de par sa connaissance et sa formation , peut varier et adapter les méthodes en fonction des besoin de chacun. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises méthodes , mais tout cela dépend de ce que l’on en fait.

Ma démarche et mes outils

Pour l’apprentissage de la lecture, j’utilise exclusivement ces méthodes pour plusieurs raisons :

  • Je la trouve adaptée à tous quelque soit l’âge. Elle est très structurée mais laisse en même temps une certaine initiative aux enseignants. Les leçons et les exercices sont construits de la même façon de telle sorte que les élèves s’y retrouvent facilement. Cependant, en fonction de l’âge des élèves on peut adapter à son gré le petit texte qui accompagne chaque graphie. Lorsqu’on travaille dans l’enseignement spécialisé, il arrive d’avoir des élèves de 15 ans qui ne savent pas lire. On ne peut leur proposer des supports trop infantilisants. Cette méthode permet de travailler le code et laisse suffisamment de temps pour pouvoir travailler d’autres écrits correspondants à l’âge et aux besoins des élèves.
  • Elle aide énormément les élèves à mémoriser la graphie ou les graphies d’un son.

Renvoi vers des sites très intéressants :

 Site de Patrick Straub , concepteur de la méthode

 La classe de Corinne

Des fiches de lectures dans lesquelles elle mélange la méthode de Patati et Patata et la méthode des alphas

 Iticus

Des fiches et des exercices de lectures 

 Mon cartable

Des fiches et des exercices de lectures

La mémorisation des graphies

Démonstration en vidéo

En quoi les dessins   favorisent-ils  la mémorisation des graphies ?

Comment  ces dessins peuvent prévenir ou aider à corriger

les inversions , les confusions ou les oublis de lettres ?

Les confusions visuelles

Les confusions sonores

Démonstration en vidéo

Les inversions de lettres

Démonstration en vidéo

A noter :

Vu le temps que cela me prend pour faire les vidéos , je ne peux ( pour l’instant ) réaliser une vidéo pour les graphies de chaque son. Par contre , si vous avez des besoins particuliers , dîtes moi et j’ essaierai de le faire.

Ces lettres qui changent de sons en fonction de leur voisinage

!!!!

La méthode des alphas :

J’apprécie beaucoup la démarche de cette méthode. Cependant , je trouve qu’elle ne convient pas intégralement à l’âge de mes élèves. Je préfère l’utiliser uniquement pour certains aspects de la lecture et de l’orthographe.

Pourquoi préférer les Alphas à Patati et Patata pour certains aspects ? Je trouve qu’elle a une façon très intéressante d’aborder :

Les lettres qui changent de son en fonction des lettres qui l’entourent.

En effet, cela se fait par de petites histoires. Même si les histoires peuvent sembler un peu infantilisantes , les élèves aiment beaucoup. De plus, cela ne concerne que quelques leçons. Je  présente cela comme un moyen mnémotechnique pour mémoriser les règles de lecture et d’orthographe liées à cette lettre.

La lettre  » s « 

Démonstration en vidéo

Le serpent qui zozote :

La lettre  » c « 

Démonstration en vidéo

 

La lettre  » g « 

La lettre  » g « 

Démonstration en vidéo

Le Gulu gicleur

Le côté  « visuel » et  « langagier » est une aide précieuse pour

les élèves dyslexiques .

Quelques références :

A l’heure actuelle , il existe de nombreux sites très bien faits  qui expliquent les caractéristiques de la dyslexie , dysorthographie ….Je ne vais donc pas reprendre leurs idées mais plutôt vous renvoyer vers ces derniers :

 http://www.dysmoi.fr/troubles-dapprentissage/dyslexie-dysorthographie/la-dyslexie-qu-est-ce-que-c-est/

Dans ce site , vous trouverez plein de conseils pour aider votre enfant . En voici quelques uns :

  • Sur la consigne :   » Privilégiez l’oralisation des consignes » /   » Lisez-les-lui à haute voix.  » . » Prenez également le temps de vous assurer qu’il les a bien comprises. »   » demandez-lui de vous les répéter. »
  • Sur la présentation : C’est normal que ce soit mal présenté. Il ne faut pas en faire un drame. Même s’il est nécessaire de l’accompagner vers un travail plus soigné ( utilisation de l’ordi / réduction de la tâche de travail à écrire / dictée à l’adulte )
  • Sur les notes : Un bon enseignant notera uniquement le contenu de la réponse ( et non tout ce qui relève des problèmes dus à la dyslexie : présentation – écriture – orthographe… Pour faciliter ces évaluations, elles peuvent aussi être proposée à l’oral .
  • Sur les traces écrites : Pour les leçons , ne pas hésiter à lui donner une photocopie : il a besoin d’un outil de référence clair . Inutile de lui faire perdre du temps à recopier la leçon car c’est de l’énergie gaspillée ( la leçon recopiée sera sûrement peu lisible et pleine d’erreurs ) et du temps en moins pour se concentrer. Pendant que les autres copient , il peut par exemple prendre du temps pour lire , comprendre , et surligner les mots clés  que l’enseignant lui aura distribué. La trace écrite n’est pas nécessairement la même que les autres : il a besoin d’un outil clair , aéré ….( j’y reviendrai un peu plus tard ). Pour noter les devoirs , le maître ou un autre élèves peut les noter à sa place : c’est important que ce soit clair s’il veut les réaliser correctement.
  • Sur la lecture à voix haute : Avant tout , il faut s’assurer qu’il puisse lire devant un public compréhensif. Inutile de l’exposer à des moqueries , des reproches , car cela ne ferait que renforcer son malaise face à la lecture  . Lire à voix haute est un exercice très difficile . Il ne faut pas cependant le laisser tomber. Par contre , il faut faire en sorte que le texte ait été préparé de manière à ce que l’élève se trouve en position de réussite. D’autre part , si vraiment il ne veut pas lire à voix haute , évitez de l’obliger. Essayez de lui proposer une lecture face à un public plus petit : 1 ou 2 camarades / en individuel avec vous ….S’il bute sur certains mots , il ne faut pas hésiter à l’aider …pour le soulager et pour éviter qu’il se décourage devant la tâche. Pensez aussi à respecter son rythme de lecture . Pour éviter que l’élève se trouve paniqué par l’ampleur de la tâche , il est possible de négocier une lecture à 2 . ( une phrase chacun …ou autre ). Cela permet de travailler la compréhension de longs textes sans pénaliser l’apprenant.
  • S’il a besoin d’outil pour lire et se repérer ( règle de lecture / cache / suivre avec son doigts ….) , laisser le faire.
  • Préparer une lecture  : dans ces articles , vous trouverez des adaptations possibles pour préparer  la lecture

  https://www.dys-positif.fr/dyspraxie-comment-presenter-un-document/

  • Laisser lui du temps si vous attendez de lui un écrit 

Mon expérience personnelle et professionnelle

Dans un premier temps , J’ai souhaité récapituler la plupart des difficultés rencontrées  par un élève dyslexique. Je ne rentrerai pas dans les différents types de dyslexie. En effet , des personnes beaucoup plus compétentes sur le sujet sont là pour le faire.

Des difficultés récurrentes : 

  • Reconnaître des lettres, des syllabes ou des mots
  • Visualiser les  mots : vu que l’apprenant repasse sans cesse par le déchiffrage , il a du mal à visualiser des mots . Et par là-même , il a des difficultés importantes en orthographe et notamment à mémoriser l’orthographe des mots. Par conséquent , des erreurs fréquentent sur des mots qui se ressemblent , des inversions, des confusions …Au mieux , il respecte la phonétique du mot mais ne retient pas l’orthographe. Il peut faire juste à un moment donné , et faire une erreur 10 minutes après sur le même mot.
  • La dyslexie peut s’accompagner de difficultés d’attention visuelle ( suivre les lignes , repérer la droite et la gauche ,  …).
  • La dyslexie peut s’accompagner   de difficultés pour tracer les lettres . Cependant ,  parfois ,  l’enfant n’y arrive pas parce qu’il n’arrive pas à mémoriser la forme de la lettre.
A partir de  mon expérience professionnelle et personnelle , j’ai souhaité vous faire part  de quelques conseils qui pourront peut être vous aider :

Quelques conseils  : 

1 – Inutile de vous focaliser une heure tous les soirs :

– sur la lecture ,

– sur l’apprentissage des mots  ( orthographe lexical )

– sur l’écriture ,

– sur la production d’écrits ,

Cela ne fera que bloquer davantage les apprentissages.

Contrairement à  ce que préconisent encore certains enseignants :  » Pour apprendre le mot , il faut le copier . »  » S’il y a une erreur dans le mot , tu devras le recopier 10 fois … » . Je vous assure que cela ne sert à rien mise à part à décourager votre enfant .Je l’ai vécu  en tant qu’enseignante et en tant que maman d’enfant dyslexique. J’ ai vu pleurer mon fils tous les soirs car son maître lui disait qu’il n’avait pas appris ses mots. C’était pour lui une grande injustice. Et par dessus le marché , les mots avec une erreur à la dictée , il devait les recopier 10 fois. Quelle punition pour lui !!!! Au début, je n’ai pas voulu aller à l’encontre du maître mais vu que mon fils était de plus en plus mal , j’ai refusé qu’il fasse ce travail de copie. Je ne me suis pas opposée à un travail d’un autre type mais s’il vous plaît :  » Un élève dyslexique n’apprendra pas en copiant … »

2 – Mieux vaut travailler plus souvent mais sur un temps limité ( de 5 à 15 minutes )

3 – Accorder des aides  / Quelles types d’aides ? ( liste non exhaustive ) :

Accorder une aide , ce n’est pas léser les autres élèves mais différencier la pédagogie et permettre à tous les enfants de se trouver en situation de réussite .

Types d’aide : 

  • des outils aide mémoire
  • des guides de lecture
  • des exercices en moins
  • du temps en plus
  • la possibilité d’utiliser le traitement de texte et l’outil de correction
  • la possibilité d’utiliser un aide-mémoire
  • un texte audio ( plutôt qu’écrit )
  • des polices d’écriture adaptées

– Pourquoi ne pas accepter que les élèves ayant beaucoup de mal en orthographe aient un aide-mémoire des mots fréquents ?  Je vous renvoie vers une partie de mon site qui vous propose la construction d’une aide de ce type :

  Les mots fréquents  

4 – Favoriser la mémoire multisensorielle :

– mémoire visuelle par l’ image
– mémoire auditive en accompagnant l’orthographe d’un mot par une petite histoire
– mémoire kinesthésique en accompagnant l’orthographe par des  » déplacements « 
Pensez à la petite vidéo du son  » oi  » :Un élève qui aura travaillé avec ces supports fera beaucoup moins d’inversion oi – io . En tout cas , il sera capable de se corriger au rappel du mot référent.

Cela permettra à l’apprenant :

  • d’automatiser plus rapidement la lecture
  • d’éviter les erreurs d’orthographe ( ou au moins de se corriger )

Un élève dyslexique passe et repasse par le déchiffrage. Alors que vous pour lire des mots comme  » bateau  » cela ne vous demande aucun effort , un élève dyslexique va repasser par le décodage pendant très longtemps. C’est pour cela qu’il est intéressant de lui proposer des outils pour qu’il puisse automatiser la lecture et l’orthographe plus facilement et plus rapidement.

Pour vous aider à comprendre le fonctionnement du cerveau d’une personne qui a des troubles dys , je vous invite à visionner cette vidéo que je trouve très intéressante.

Cette dernière est extraite de :

https://www.dyslexie-tda-dyscalculie.eu/

Sur ce site , vous   trouverez des informations sur la méthode « Davis » ( que je ne connais pas particulièrement ). C’est une personne dys qui l’a élaborée.

 J’avoue avoir été ravie de tomber sur cette vidéo car elle confirmait toutes les pistes que j’avais explorées pour aider les apprenants.

Faire appel aux différents types de mémoire pour faciliter la

lecture et l’orthographe

Concrètement … des outils ….

Mémoriser l’orthographe du mot à l’aide de dessins , d’histoires , de déplacements .

– Utiliser un dictionnaire orthographique visuo-sémantique :

 http://www.gre10.ch/wp-content/uploads/2010/12/Dessiner-pour-apprendre-lorthographe-MG-dyslexie-dysorthographie.pdf

https://www.visuo-semantique.ch/dictionnaire/

 Ci – dessous plusieurs versions en ligne ( recherche des mots facilitée ) : 

Dictionnaire

Dico visuo sémantique en ligne

Bienvenue dans le dico

https://dico-visuo-semantique.ch/category/m/

 

 http://samuserensemble.canalblog.com/archives/2014/10/20/30731176.html

Un livre qui présente des mots illustrés mais aussi de petites histoires permettant de retenir certains aspects orthographiques.

 http://samuserensemble.canalblog.com/

Des leçons élaborées à partir de ce type d’outils

 https://resonancec3.wordpress.com/2016/08/30/lecon-a-manipuler-les-homophones-lexicaux/

Aide pour différencier certains homophones

 http://www.emancipation.fr/spip.php?article1212

Un article qui explique comment amener les élèves à se construire eux-mêmes leurs propres mots illustrés

http://www.maitresseuh.fr/aider-les-eleves-a-utiliser-leur-memoire-visuelle-pour-l-orthographe-d-a130577054

 http://www.maitresseuh.fr/aider-les-eleves-a-utiliser-leur-memoire-visuelle-pour-l-orthographe-d-a130577054

Un article qui explique comment amener les élèves à expliquer comment ils s’y prennent pour mémoriser l’orthographe d’un mot. D’autre part , peu à peu elle leur fait prendre conscience de l’intérêt de s’appuyer sur le visuel , l’auditif …

 http://www.maitresseuh.fr/memoire-capa-sh-option-e-approche-multisensorielle-de-la-lecture-a108229862

Un lien pour télécharger un mémoire d’enseignante spécialisée qui a travaillé sur l’approche multisensorielle de la lecture

Certains enseignants ou chercheurs proposent des dessins,des histoires,des gestes, pour éviter les confusions de lettres :

http://methodolodys.ch/wp-content/uploads/2016/09/confusions-spatiales-MJ.pdf

http://methodolodys.ch/wp-content/uploads/2016/09/confusion-dbqp-Tableau-gar%C3%A7on.MJ_.pdf

Des jeux élaborées à partir de ce type d’outils

https://orthophonielibre.wordpress.com/2011/04/03/jeu-mov-entrainement-de-la-memoire-orthographique-visuelle-et-de-la-memoire-de-travail/

http://cyrille.largillier.org/sitewp/2017/06/10/jeu-de-des-mots-invariables/

http://www.gre10.ch/wp-content/uploads/2014/03/jeu-cartes-visuo-s%C3%A9mantique-MGMJ-11.pdf

 https://www.mot-a-mot.com/recherche.php?motclef=dessine-moi+un+mot

.

D’autres …   outils ….

Pour adapter les supports :

 http://www.maitresseuh.fr/adapter-les-supports-ecrits-pour-les-eleves-rencontrant-des-difficulte-a113146668

Un article qui explique comment adapter les supports de l’écrit.

Pour varier les situations d’apprentissages d’orthographe et de lecture :

  http://www.maitresseuh.fr/aider-les-eleves-a-lire-rapidement-les-mots-frequents-a112961886

Un article qui explique comment varier les situations pour aider les élèves à lire et à écrire les mots .

S’inscrire à la newsletter